Vous êtes une start-up ou une entreprise innovante et souhaitez, pour accélérer votre développement, faire une levée de fonds ? Différentes étapes doivent être respectées et les interlocuteurs sont nombreux. Faut-il mieux lever auprès de Business Angels ou bien de Venture Capital ? Combien de fonds peut-on demander ? Kammi fait le point …

Les différentes étapes de la levée de fonds

Avant la levée de fonds : Travailler son pitch / Etablir son Business Plan / Mettre en place son BMC (Business Model Canvas)
Pendant la levée de fonds : Faire un audit de valorisation qui portera sur les SIG (Soldes Intermédiaires de Gestion), il faut au moins 35% de croissance par an / Calculer sa valorisation en mettant en avant 3 hypothèses : favorable (150%), moyenne (100%), pessimiste (50%)
Après la levée de fonds : Organiser la gouvernance de l’entreprise / Prépare la prochaine levée de fonds

Auprès de qui lever des fonds ?

Tableau sur les levées de fonds

Zoom sur les Venture Capital

Les Venture Capital sont un regroupement d’investisseurs (Business Angels, particuliers, entreprises …) qui créent un fonds d’investissement. Ce fonds aura un délai de 2 à 5 ans, période pendant laquelle l’entreprise devrait croitre de X2 à X5. Attention, lorsque le Venture Capital sort, la croissance est telle qu’il peut généralement être très difficile de racheter ses parts. La plupart des entreprises vendent alors en Bourse ou bien à une autre société, plus grande.
Sont plébiscités par les VC : les start-up très innovantes qui pourront être rachetées et les entreprises qui correspondent à leur secteur d’activité. Il est bon de noter que les VC  prennent environ 20% de la société et que pour lever avec un VC, il faut compter entre 3 à 6 mois.

Quels sont les critères importants lors de la levée de fonds ?

L’entreprise : la qualité de l’équipe / la taille du marché / la maturité du marché / le degré d’innovation de l’entreprise / un but précis de l’utilisation des fonds levés
Le pitch : avoir une histoire / présenter l’équipe / être crédible / justifier son besoin de financement / être dynamique « on va y arriver » / décrire d’abord la valeur puis ensuite le produit
Le dirigeant : capacité à se structurer / charisme / capacité à exécuter / capacité à recruter
L’offre : avantages compétitifs / efforts nécessaires, canaux de distribution
La taille du marché Les clients et acteurs du marché La protection intellectuelle La facilité à commercialiser La rentabilité La capacité à pivoter : réadapter sa stratégie
La concurrence : il ne faut pas dire que l’on a pas de concurrence, cela vous décrédibilisera !